En ce début d’année 2016, les départements IT sont focalisés sur la résolution de plusieurs défis : répondre le mieux possible aux besoins des utilisateurs finaux, élargir leurs compétences en s’orientant davantage vers les aspects stratégiques, sécuriser des systèmes d’information toujours plus fragiles et soumis à la progression des menaces informatiques, et gérer au mieux et avec le plus d’agilité possible leurs ressources informatiques, notamment à l’aide du Cloud Computing.
Face à ces enjeux, les DSI sont forcées de s’adapter et de développer de nouvelles stratégies. Dans cet article, nous allons tacher de découvrir quelques-unes des nouvelles orientations de la DSI en 2016, au regard de l’une des dernières études parues sur le sujet.

 

Des DSI qui gardent la main sur les projets et applications Cloud

Plusieurs études ont été menées par différents cabinets de recherche concernant le rôle et les tâches des DSI. Le BT CIO report 2016, effectué par le cabinet Vanson Bourne auprès de 1030 décideurs IT dans 11 pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Irlande, Pays-Bas, Royaume-Uni, États-Unis, Brésil, Singapour, Australie), soulève un aspect intéressant : selon cette étude, les DSI possèdent de plus en plus un rôle central concernant la migration des applications et des infrastructures dans le Cloud.

C’est en effet sur leurs conseils que les grandes entreprises ont à 76 % décidé d’adopter ou de prévoir une approche à plusieurs vitesses leurs projets technologiques. Preuve que les DSI ont su saisir le coche au bon moment et ce malgré le Shadow IT qui sévit dans près de 72 % des entreprises. Pour rappel, le Shadow IT c’est cette tendance des services métiers à se fournir en services IT, et notamment en applications Saas ou Cloud, sans même demander ni consulter les directions informatiques.

 

Des DSI impliqué dans les comités de direction

De la même façon, l’étude BT CIO report 2016 apporte un éclairage intéressant sur l’implication des DSI au sein des comités de direction. Ainsi, les DSI eux même sont 72% à déclarer que leur rôle au sein de ces comités est devenu plus central au cours de ces deux dernières années.

Ceci pourrait s’expliquer par le fait que les technologies jouent un rôle de plus en plus important dans la stratégie des entreprises, surfant sur des tendances telles que le Cloud bien entendu, mais aussi la mobilité, la gestion et l’exploitation des données.

Ces technologies ont ainsi pour conséquences de renouveler les processus de l’entreprise, de créer de nouveaux business models et d’améliorer l’expérience utilisateur. Elles sont donc devenues incontournables pour toutes les structures dans tous les domaines.

 

Des DSI qui consacrent encore trop de temps à l’opérationnel

Malgré toutes ces bonnes nouvelles, et même s’il est manifeste que les DSI disposent désormais de plus de temps pour participer à la stratégie de l’entreprise, l’étude établit également qu’elles ne consacrent pas suffisamment de temps à la recherche d’innovations et de nouvelles solutions. En effet, 61 % des directeurs IT considèrent que la DSI s’occupe encore beaucoup trop de la maintenance et du bon fonctionnement du système d’information.
Pouvoir disposer de davantage de temps pour pilotage des projets digitaux, c’est toujours plus l’enjeu d’une DSI créative et dynamique, à l’image des évolutions que subissent les infrastructures des entreprises. Diminuer les efforts de maintenance, déléguer les tâches répétitives, chronophages et sans valeur ajoutée, tels sont les défis de la DSI pour 2016.

 

Ainsi, l’édition 2016 du ‘BT CIO Report’ nous apporte un certain nombre d’informations intéressantes concernant l’évolution du rôle de la DSI au sein des entreprises, tandis que ces dernières connaissent des évolutions technologiques toujours plus impactantes.

Les analyses que nous venons d’effectuer démontrent une avancée : en effet, même si la DSI s’occupe encore trop de la maintenance du système d’information, elle réussit malgré tout à conserver la main sur les nouveaux projets digitaux de l’entreprise et notamment sur les projets applicatifs et les projets liés au Cloud Computing. La DSI a également réussi à s’imposer davantage dans les comités de direction et à faire valoir son rôle stratégique auprès des décideurs de l’entreprise.

En marge de ces résultats, on peut également constater la généralisation de l’usage de certaines technologies en 2016, tandis que 46 % des répondants de l’étude ont déjà migré plus de la moitié de leurs applications et de leur infrastructure dans le Cloud Computing.

Pour cette année qui se profile devant nous, nous pouvons ainsi imaginer que les tendances du Cloud, de la mobilité, de la collaboration et de la data devrait prendre encore plus d’importance au sein des processus des entreprises et des usages des collaborateurs, des partenaires et des clients.

Dernière mise à jour le 25 décembre 2018