D’après une étude de la start-up texane Spiceworks, intitulée “2018 State of IT” et conduite auprès de milliers d’acheteurs IT en Amérique du Nord et en Europe, le Cloud et la sécurité informatique sont les deux grandes priorités des DSI en 2018, et en particulier, des DSI Européennes. Nous reprenons les chiffres de cette étude pour vous proposer une analyse de ces tendances, accompagnée par une infographie.

Des budgets IT en hausse

Depuis plusieurs années, la tendance ne faiblit pas : les budgets IT sont soit constants, soit en progression. Ainsi, selon l’étude Spicework, seul 11% des répondants estiment s’attendre à une baisse de leur budget IT. Mais pour 43 % des répondants, ce budget est annoncé comme constant, et pour pour 44 % des répondants, annoncé en augmentation.

Répartition des dépenses IT
Selon l’étude, les budgets IT des répondants seront répartis de la manière suivante :
– matériel (31%)
– logiciels (26%)
– services cloud et hébergement (21%)
– services managés (15%).

Dépenses logicielles

Du côté des dépenses logicielles, selon les répondants à cette étude Spicework, les OS prennent 11% des investissements, les logiciels de sécurité 10%, les logiciels liés à la productivité 10% également, et les logiciels de virtualisation 9%.
En ce qui concerne les dépenses logicielles, on remarque que les petites compagnies se concentreront sur les logiciels liés à la productivité et à la sécurité, tandis que les grands groupes accentuent on leurs dépenses sur la virtualisation et les systèmes de base de données.

La sécurité au coeur des priorités des entreprises européennes

Si l’on considère uniquement les chiffres Europe, la prise de conscience des problématiques de sécurité informatique est flagrante. Les répondants des entreprises européennes affirment ainsi que leur budget en matière de sécurité informatique augmente de 49 % et de 34 % pour être en conformité avec les lois (notamment RGPD).

Concernant les dépenses informatiques en particulier, l’étude reporte les investissements suivants :

  • 60 % des répondants investissent dans des solutions de sécurité
  • 56 % investissent dans des nouveaux logiciel de sécurité
  • 54 % dans la mise en place de process et de règles de sécurité
  • 41 % dans la formation et la certification interne en sécurité
  • 26 % dans la réalisation d’audit de sécurité
  • 15 % dans des embauches dans ce domaine

Au final 77% des répondants européens jugent la sécurité informatique comme une priorité de l’investissement.

Dépenses Cloud

Ces investissement en sécurité sont également liés au Cloud Computing. Le Cloud est l’un des postes de dépense ayant connu la plus forte progression. Parmi les facteurs principaux de passage au Cloud, on trouve en priorité :

  • la possibilité de donner accès aux données à partir de n’importe où (pour 42 % des répondants)
  • la capacité d’améliorer ses capacités de reprise après sinistre (pour 38 % des répondants)
  • l’amélioration de la flexibilité (pour 37 % des répondants)
  • la diminution de la charge de travail sur les équipes IT (pour 36% des répondants)

Pour les répondants européens, 74 % voient la migration dans le Cloud comme une priorité grandissante et 50 % prévoient d’investir dans la sécurité du Cloud en 2018.

Dépenses technologies innovantes

En ce qui concerne l’adoption des technologies innovantes, l’étude affirme que

  • 29 % des répondants auraient déjà adopté l’internet des objets,
  • 18 % auraient adopté la réalité virtuelle
  • 13 % auraient adopté l’intelligence artificielle.

Des chiffres promis à grossir avec une prévision d’adoption pour l’année suivante de :

  • 19 % pour l’internet des objets,
  • 14 % pour la réalité virtuelle
  • 17 % pour l’intelligence artificielle

Quid du budget RGPD ?

Le RGPD a été l’une des priorité des entreprises européennes en 2018, avec un passage au RGPD qui s’est effectué en mai 2018. L’étude Spicework, réalisée à la mi 2017, tâchait de statuer sur cette prise en compte du RGPD par les entreprises, les entreprises américaines d’une part, et les entreprises européennes d’autre part.

Au moment de l’étude 57% des répondants n’avaient pas encore alloué de budget pour ce poste de dépense.
Comme on pourrait s’y attendre, cette prise en compte du RGPD est moins importante chez les entreprises américaines que chez les entreprises européennes. C’est peut-être parce que celles-ci s’estimaient ne pas être concernées. Pourtant, le RGPD ne concerne pas que les entreprises européennes, mais toutes les entreprises qui exploitent des données personnelles de citoyens européens.

 

Découvrez ci-dessous notre infographie sur le sujet :

Budgets-DSI-2018