Nouvelle façon de délivrer les ressources informatique, avec ses spécificités techniques, son business modèle, une attribution dynamique des ressources physiques et virtuelles en fonction de la demande, une haute capacité d’élasticité et un service mesuré en permanence, le Cloud répond aux besoins des entreprises de jouir de davantage de flexibilité tout en réduisant ou en optimisant les coûts.

Choisir son modèle de service (entre l’IaaS pour Infrastructure as a Service, le Paas pour Platform as a Service, et le SaaS pour Software as a Service) ainsi que son modèle de déploiement (Cloud public, Cloud privé, Cloud hybride…) demande une réflexion importante, mais quels que soit les approches envisagées, la mise en oeuvre de la stratégie reste tout aussi cruciale. Dans cet article, nous allons répertorier quelques unes des bonnes pratiques relatives à la mise en place d’un projet de Cloud au sein d’une entreprise.

1/ Définir ses besoins et ses impératifs métiers

La définition des besoins est un préalable indispensable à toute gestion de projet : la mise en place d’un projet de Cloud au sein d’une entreprise n’y échappe donc pas non plus. Pour définir ses besoins de la façon la plus adéquate possible, il s’agira dans un premier temps d’établir le positionnement de l’IT vis à vis des métiers, les différentes priorités et objectifs liés à la délivrance des services IT (meilleure qualité de service, plus de flexibilité, réduction des coûts ?) et enfin de déterminer les bénéfices de la relation IT/ métiers comparativement aux coûts.

Ainsi, pour certaines activités de l’entreprise, l’objectif pourra être de simplifier l’infrastructure (réduire sa complexité, réduire le besoin en gestion, réduire les effectifs), pour d’autres, il pourra s’agir d’optimiser les allocations de ressources (supprimer les limites des ressources physiques, simplifier les déploiements, augmenter l’utilisation du matériel) et pour d’autres encore, il pourra s’agir d’automatiser le fonctionnement du SI, avec une architecture évolutive, autonomisée et une mise à disposition plus flexible de nouveaux processus et services.

2/ Auditer le partenaire

Une fois les besoins clairement définis, il s’agira de faire le bon choix de partenaire.

Bien s’entourer est primordial. En premier lieu, il s’agira donc de repérer si le partenaire que vous envisagez dispose des bonnes compétences. Cela suppose de faire un auto-diagnostic dans un domaine que l’entreprise ne maitrise justement pas forcément, et détudier des aspects tel que la maintenance du poste de travail, l’administration de serveurs ou encore de réseaux locaux.
Certains fournisseurs disposent de compétences expertes spécifiques : si celles-ci manquent à votre entreprise, vous aurez tout intérêt à choisir un prestataire qui peut apporter cette pierre à votre édifice.

Autre point important : vérifiez que la philosophie de votre futur prestataire est en phase avec les valeurs de votre entreprise. Des valeurs, des méthodes de travail et une éthique communes améliorent en effet grandement les relations de partenariat la somme de travail accomplie lors au cours d’une collaboration.

3/ Mise en oeuvre de l’infrastructure

Après l’étape de la définition des besoins et de la recherche du prestataire, arrive enfin la mise en oeuvre effective de l’infrastructure Cloud.

Le prestataire interconnecte alors le système d’information de l’entreprise avec la plateforme d’hébergement et procède à l’intégration des données et des applications du client. Une fois la phase de recettage effectuée, c’est à dire, la phase de test qui permet de vérifier que l’infrastructure répond bien aux besoins, la mise en production intervient.

Une point important est alors de porter une attention toute particulière au suivi de l’adoption de la nouvelle infrastructure, en proposant aux utilisateurs non seulement une phase de formation et mais surtout, une phase d’assistance le temps que chacun soit familiarisé avec les nouveaux procédés.Dans la mesure où cela impacte l’utilisateur final, c’est parfois transparent pour lui

Pour favoriser l’adoption du projet par les collaborateurs, il ne faut par ailleurs pas hésiter à faire précéder cette phase par un plan de communication spécifique informant des objectifs, des futurs changements et des différentes phases de la mise en place du projet.

 

Ainsi, la bonne mise en oeuvre d’un projet de Cloud Computing au sein d’une entreprise s’articule autour de ces différentes étapes que sont la définition des besoins, la sélection du partenaire adéquat et la mise en oeuvre de la nouvelle infrastructure proprement dite.

Pour chaque étape, le respect de certaines règles (définition précise des besoins, mise en place de support et suivi utilisateur post-projet) auront un impact déterminant sur la réussite du projet et sur le retour qu’il est possible d’en espérer, tant en terme de réduction des coûts, que d’efficacité et de performance.

Vous souhaitez être accompagné, Ivision vous propose un accompagnement dans la mise en place de votre nouvelle infrastructure informatique. N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

Dernière mise à jour le 25 décembre 2018