Alors que l’excellence opérationnelle était autrefois la principale qualité visée par les DSI, les nouvelles tendances du numérique, avec en autre, le Cloud Computing, sont en train de changer la donne.

En effet, selon le dernier baromètre CIO 2013 de CSC-TNS Sofres, les DSI sont désormais 64% à penser jouer un rôle moteur dans la stratégie de leur entreprise, un chiffre qui devrait même progresser pour atteindre 70% en 2015.

Alors que les pôles métiers prennent sont de plus en plus à l’origine de la mise en place de solutions technologiques au sein de l’entreprise, en adoptant des services en mode Cloud ou Saas, le directeur des systèmes d’information doit désormais relever de nouveaux défis : devenir partenaire des métiers et consultant stratégique en tête.

 

Les services opérationnels adeptes du Cloud

Selon une étude menée par le cabinet Quocirca auprès de 337 DSI de moyennes et grandes entreprises au Benelux, en France, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, en Israël, en Italie, en Scandinavie et au Royaume-Uni, 57% des Direction de systèmes d’information utiliseraient déjà des services de Cloud Computing.

Si ce chiffre est important, il faut savoir que les DSI elles-même ne sont généralement pas le moteur de cet engouement. En effet, elles redoutent encore des problèmes liés à la sécurité des données, qu’il s’agisse de préservation de la propriété intellectuelle (vol de brevets, etc.), du respect de la vie privée (exploitation de données personnelles, etc.) ou encore de la confidentialité du stockage des données.

De plus, elles sont également nombreuses à redouter de pouvoir facilement rapatrier les données au sein de l’entreprise, une fois le prestataire choisi.

Ainsi, lorsqu’ils le peuvent, certains DSI évitent de recourir au cloud, voire même bloquent l’accès au Cloud à leurs usagers.

 

Le directeur des systèmes d’information courtier de services

Si ces craintes ne sont pas sans fondement, les DSI admettent toutefois qu’il est vain d’essayer d’enrayer la progression des pratiques du Cloud et du Saas, qui représentent désormais l’avenir de l’IT en terme de Business model.

Alors que les autres directions sont de plus en plus capables de mettre en place ce type de solutions technologiques sans avoir à consulter la DSI, cette dernière doit collaborer afin de pouvoir retrouver une place de partenaire privilégié dans la mutation numérique abordée par l’entreprise.

C’est pourquoi, pour reprendre la main sur le SI de l’entreprise, le directeur des systèmes d’information doit mettre en place plusieurs mesures :

  • Mettre à disposition des pôles métiers des catalogues de services, avec des applications validées par la DSI
  • Réaliser des arbitrages afin de rendre cohérent l’ensemble du système d’information, qu’il s’agisse de le partie Cloud ou non Cloud
  • mettre en place des outils et des procédures pour gérer les nouveaux accès des collaborateurs
  • Jouer un rôle médiateur entre les directions métier de l’entreprise et les différents prestataires de services Saas et Cloud

 

Une dimension plus stratégique pour le directeur des systèmes d’information

Ainsi, de directeur technique, le rôle du DSI prend de plus en plus une dimension stratégique, entre prescription, conseil et vision d’entreprise.

Le DSI doit effectuer un travail de qualification des solutions, afin de proposer aux services métiers les outils les mieux adaptés aux objectifs et aux orientations de l’entreprise.

De plus, loin de se cantonner au simple fonctionnement des infrastructures IT, le DSI devra être consultant pour les métiers comme pour la direction, de façon à être à la fois un partenaire des opérationnels pour leurs besoins fonctionnels, et un partenaire de la gouvernance pour anticiper les orientations IT de l’entreprise.

 

Ainsi, le nouveau rôle du directeur des systèmes d’information implique une dimension prospective, couplée à une bonne connaissance des dernières tendances IT, afin de permettre à l’entreprise de bénéficier des toutes dernières innovations en matière de technologies et pourquoi pas, d’en obtenir un avantage concurrentiel.

Il ne s’agit donc pas d’annihiler la DSI, ou de la remplacer par de nouveaux acteurs, mais bien de faire évoluer ses responsabilités afin de lui permettre de trouver une nouvelle place dans l’entreprise, jouant ainsi le rôle d’un consultant stratégique, intermédiaire entre les pôles métiers, les prestataires externes et la direction.

 

Vous êtes DSI et vous recherchez des prestataires pour la mise en place de vos services externalisés ?

N’hésitez pas à faire appel à nos services, qu’il s’agisse d’hébergement haute disponibilité ou de sauvegardes externalisées.

 

Dernière mise à jour le 31 mai 2019