Dans le cadre de son programme Performance PME, la CCI de Lyon a identifié les principaux domaines de compétitivité des entreprises. Outre une bonne connaissance des marchés, une démarche commerciale performante, une bonne gestion du capital humain et une offre solide, la compétitivité des entreprises est fortement influencée par la capacité de l’entreprise à innover et à se doter d’équipements performants.

Tandis que l’informatique et Internet ont révolutionné le monde du travail, les performances des équipements informatiques sont pourtant encore trop souvent sous-estimées dès lors qu’il s’agit d’optimiser l’efficacité du fonctionnement de son entreprise. Nous allons dans cet article tâcher de comprendre les impacts d’un matériel informatique insuffisant ou défaillant sur la performance globale de l’entreprise, et les actions possibles pour les PME.

 

Matériel informatique défaillant : les risques

Selon une étude sur l’efficacité du travail en entreprise, réalisée par la société Crucial (spécialisée dans les mémoires de stockages) en collaboration avec l’Institut EasyPanel, les lenteurs informatiques seraient responsables de la perte de près de 109 heures de travail par an en moyenne, soit deux semaines de travail, jours ouvrés.
De plus, ces lenteurs informatiques constituent l’un des premiers freins au télétravail, selon 36,7% des répondants. Enfin, une personne sur deux aurait également affirmée perdre jusqu’à 30 minutes de productivité par jour à cause du seul matériel informatique.

Malheureusement, les entreprises et en particulier, les PME, sont encore trop souvent victimes d’une vision erronée de la gestion informatique. En effet, bien souvent, elles ne considèrent pas l’informatique comme un moyen d’améliorer leurs résultats, mais davantage comme un centre de coût et un mal nécessaire. (Voir notre article : DSI : du centre de coûts à l’innovation). Ainsi, combien de sociétés ne pensent pas à vérifier l’adéquation entre les besoins de leurs collaborateurs et le matériel mis à leur disposition pour parvenir à leurs objectifs ?

Toujours selon l’étude Crucial, 28,5% des répondants considèrent qu’un matériel informatique plus performant leur permettrait de mieux gérer leur temps de travail. Mais pour se rendre compte des inadéquations entre matériel et besoin, encore faudrait-il réaliser une évaluation informatique, ce que très peu de PME entreprennent aujourd’hui.

 

Évaluation informatique : réservée aux grands comptes ?

Une évaluation informatique se caractérise par une méthodologie permettant d’identifier la politique informatique globale de l’entreprise, c’est à dire, non seulement ses équipements, mais également, la stratégie mise en place pour la gestion de l’ensemble du système d’information. Lors d’une évaluation, la capacité des équipements est testée, et mise à l’épreuve par rapport aux pratiques de l’entreprise.

De plus, les utilisateurs doivent également être interrogés, afin que d’éventuels problèmes puissent être mis au grand jour. Cette mise à l’épreuve nécessaire permet de faire le point sur les équipements de l’entreprise, leur éventuelle vétusté, l’adéquation entre les équipements et les besoins, et la satisfaction des utilisateurs vis à vis du système informatique au quotidien. Cette démarche nécessite une rigueur, mais aussi, une certaine neutralité pour pouvoir recueillir les témoignages des utilisateurs de façon constructive.

Si les PME ne sont généralement pas à l’initiative d’une démarche d’évaluation informatique, elles peuvent toutefois en bénéficier à partir du moment où elles envisagent de sous-traiter tout ou partie de leur gestion informatique : en effet, cette évaluation indispensable sera alors généralement proposée par le prestataire, dans le cadre de la définition du périmètre de l’offre.

 

Matériel informatique : comment travailler à l’optimiser ?

Ainsi, il sera possible pour une PME de bénéficier d’un audit de son matériel, dans le cadre d’une prise en charge par un prestataire informatique. Ce prestataire peut apporter conseil et assistance dans la gestion, le fonctionnement et l’évolution du matériel actuellement utilisé et détenu par le client. Il peut également en effectuer la maintenance sur site, ou à distance.

Mais le prestataire peut également proposer au client de prendre lui-même en charge les ressources informatiques nécessaires pour l’usage de son client : dans ce cas, on parlera d’externalisation informatique. Le client n’a alors plus à réaliser des investissements lourds pour faire grandir son système d’information. Il dispose de plus de flexibilité pour faire évoluer – à la hausse, ou à la baisse – ses besoins, tant matériels que logiciels.

Généralement, il dispose de garanties de prise en charge en cas d’incident, de garanties de rétablissement ou de continuité de l’activité, et de sauvegarde réalisées à une fréquence opportune. Ce niveau de prestation, assuré par des équipes spécialisées, est intéressant pour une PME, qui ne peut généralement pas autant investir que les grands comptes pour disposer d’une informatique aussi performante.

 

Ainsi, les performances du matériel informatique des sociétés influent directement sur la productivité des entreprises. Pour les PME, même si le constat est lourd, il est difficile d’évaluer dans quelle mesure ces performances peuvent être optimisées, et les bénéfices qu’il est possible de tirer de ces améliorations.

La meilleure solution consiste alors à ne pas vouloir tout réaliser en interne, et à se faire accompagner par un prestataire informatique spécialisé dans ce domaine, et qui saura apporter conseil et expertise. Une fois l’évaluation informatique réalisée, les PME pourront, comme les grands comptes, envisager d’optimiser leurs performances informatiques, pour gagner en efficience et en compétitivité !

Dernière mise à jour le 26 décembre 2018