Apparue dans les années 90, l’infogérance consiste à confier à un prestataire informatique externe la gestion de son système d’information.

On pourrait croire que l’infogérance concerne avant tout des grandes structures, mais il n’en est rien. En effet, l’infogérance s’adresse avant tout aux sociétés dont le cœur de métier n’a rien à voir avec l’informatique. En effet, comment faire, lorsque l’on est un cabinet d’avocats, ou une agence immobilière, pour avoir les moyens de gérer en interne un système d’information, avec tout ce que cela implique (locaux, matériel, main d’œuvre et compétences…)

Ainsi, la délégation de son informatique s’est de plus en plus répandue. Elle existe aujourd’hui sous la forme de contrats ponctuels mais aussi, de contrats récurrents.

Nous allons nous attacher dans cet article à comprendre quels sont les différents besoins des entreprises en matière d’infogérance, et nous allons tâcher de décrypter les cas d’utilisation où il pourrait être recommandé une infogérance partielle du système, et ceux nécessitant éventuellement une infogérance totale.

 

Un audit pour évaluer ses besoins en infogérance

Que l’on parle d’infogérance partielle ou totale, il est entendu que l’infogérance ne doit pas être effectuée à la va-vite, et que ses bénéfices doivent avoir été évalués et réfléchis.

En premier lieu, chez Ivision, nous effectuons un audit du système d’information de nos clients. Gratuit, cette étude permet de mettre en évidence les éventuelles complexités liées à la gestion du système, l’ensemble des composants de ce système, et tous les métiers et services concernés.

L’audit permet également de mettre en évidence un éventuel déficit de gestion (gestion des licences, gestion des accès utilisateurs avec le BYOD) ou un éventuel déficit de performance (débit de bande passante, indisponibilité récurrente des fichiers ou perte des informations).

 

Quand choisir l’infogérance partielle

L’infogérance partielle peut alors être décidée en réponse à cet audit, notamment dans la mesure où le client souhaite déléguer, mais à des partenaires différents, pour limiter les risques et la dépendance

L’infogérance partielle, cela peut être avant tout une démarché réfléchie : le client choisit de sous-traiter un service ou une fonction plus coûteuse que les autres, ou moins facile à gérer par exemple.

L’infogérance partielle peut également être une première étape dans le processus d’infogérance global et se généraliser progressivement, au fur et à mesure que l’on prend confiance dans ce système et que l’on souhaite améliorer la performance de son SI.

L’infogérance partielle, cela peut être également un choix par défaut : lorsqu’il n’existe pas de prestataire suffisamment expert dans le domaine que souhaite sous-traiter le client.

 

Quand choisir l’infogérance totale

infogerance totale, infogerance partielle

L’infogérance totale, comme son nom l’indique, c’est la délégation de l’ensemble de son système d’information.

Cette solution est particulièrement adaptée aux besoins des petites et moyennes structures, puisqu’elle leur permet de ne conserver que le stricte minimum de leur SI au sein de leur infrastructure, et de s’affranchir la nécessité de disposer d’un personnel compétent dans ce domaine.

Ce modèle se combine aujourd’hui particulièrement aisément avec les nouvelles tendances du numérique, qui consistent à rendre accessible tout ou partie du système d’information à distance, afin de permettre une gestion aisée et centralisée, et de permettre aux salariés un accès nomade en toutes circonstances.

Dans ce modèle, les équipements des collaborateurs peuvent se limiter à un simple poste de travail avec un accès web. Tous les fichiers de l’entreprise (dossiers, emails) mais également, toutes les applications peuvent alors être rendus accessibles via Internet. En cas de panne, l’infogérant peut prendre la main sur l’ensemble du système : le dépannage peut alors être réalisé sans déplacement et beaucoup plus rapidement.

 

Ainsi, dans l’absolu, l’ensemble du SI pourrait être systématiquement externalisé. Ce serait même la solution la plus simple. Cependant, les raisons pour lesquelles certaines structures refusent l’externalisation totale sont encore prégnantes : il peut s’agir par exemple de vouloir conserver ses ressources stratégiques au sein de l’entreprise, ou de ne pas être dépendant d’un prestataire.

Mais devant les avantages incontestables de ce mode de fonctionnement (simplicité, praticité, amélioration du monitoring et de la surveillance des systèmes, rapidité de la maintenance, adaptation aux nouveaux usages de l’entreprise, dont la mobilité, etc.),ces freins devraient petit à petit se lever, notamment, au fur et à mesure de la généralisation de l’hébergement des données à distance.

Infogérance totale ou infogérance partielle, Ivision s’adapte à vos besoins et à votre fonctionnement. N’hésitez pas à demander un audit gratuit de votre système d’information, nous pourrons ainsi vous faire bénéficier de notre expertise et de nos conseils pour vous permettre de simplifier le fonctionnement de votre informatique et d’en améliorer les performances !