La gestion des données critiques n’est pas à la portée de toutes les entreprises.

En effet, selon une étude intitulée Data Protection Index réalisée par Vanson Bourne, portant sur 3300 décideurs informatiques de moyennes et grandes entreprises à travers le monde, 64 % des entreprises sondées ont été concernées par des pertes de données ou des interruptions d’activité non planifiées au cours des 12 derniers mois.

Ces pertes de données ont ainsi eu des conséquences importantes, notamment sur le chiffre d’affaires des entreprises ou sur les retards dans le développement des produits.

Dans cet article, nous allons tâcher de mieux comprendre ce qui a provoqué cette augmentation des pertes de données, et s’il existe des moyens de diminuer les risques.

Quelles sont les entreprises concernées ?

Cette étude réalisée par Vanson Bourne concerne les structures de plus de 250 personnes dans 24 pays : États-Unis, Royaume-Uni, France en Allemagne, Canada, Mexique, Brésil, Russie, Afrique du Sud, Turquie, É.A.U., Italie, Suisse, Pays-Bas, Australie, Japon, Chine, Corée, Inde, Singapour, Hong Kong, Philippines, Thaïlande et Indonésie.

Il s’agit d’une étude des plus actuelles puisqu’elle a été réalisée entre août et septembre 2014.

Des pertes de données en augmentation

Ce que constate d’abord et avant tout cette étude Data Protection Index, c’est que tandis que le nombre de sinistres à diminué, le volume total des données perdues à augmenté. En effet, en moyenne, les entreprises ont perdu ces deux dernières années 4 fois plus de données que les années précédentes.

Pour comprendre cette augmentation, il faut se replacer dans le contexte de gestion des données qui est désormais le notre, à l’heure du Big Data et de la mobilité. Ces tendances, qui se sont affirmées dans le quotidien de toutes les entreprises, engendrent de nouveaux défis.

En effet, rares sont les entreprises à prévoir la part de leurs données concernées par ces usages, et à les intégrer dans un vrai plan de sauvegarde ou de récupération des données.

Perte de données : comment diminuer les risques ?

Pour ce qui concerne les facteurs de risques, l’étude Data Protection Index constate que le déploiement d’une stratégie de disponibilité continue de leurs données diminue par deux le risque de subir des pertes.

Par ailleurs, les entreprise qui font appel à un fournisseur unique perdent 3 fois moins de données que celles qui font appel à trois fournisseurs de solution de protection des données différents.

Même chose concernant les dépenses dans les infrastructures de protection des données, qui sont 3 fois moins élevées que pour les entreprises ayant recours à de multiples prestataires.

Pertes de données ; comment les éviter ?

Outre la prise en compte des différents facteurs de risques que nous venons d’évoquer, il est possible d’adopter des mesures préventives pour tacher de diminuer les éventuelles pertes de données dans les entreprises.

Selon les résultats d’une autre étude, l’étude Airbackup Employee Behavioral Study, mettre à disposition des collaborateurs des recommandations écrites concernant la conduite à adopter en matière de protection des données s’avère ainsi être une bonne pratique pour éviter les pertes de données.

De la même façon, des formations peuvent permettre aux employés de connaître les actions à accomplir en cas d’urgence.

Ainsi, tandis que les pertes de données sont en forte augmentation et que les entreprises doivent relever de nouveaux challenges, tels que la sauvegarde et la récupération des données mobiles ou issues du Big Data, il est possible de diminuer les risques de pertes de données en suivant un certain nombre de bonnes pratiques.

Faire appel à un unique prestataire de solution de protection des données ou mettre en place une stratégie de disponibilité continue des données en fait partie.

D’autres mesures, plus préventives, peuvent également être employées, telles que la mise à disposition de documents de sensibilisation auprès des salariés, ou encore, la mise en place de formation pour les situations d’urgence.