L’externalisation informatique : nous savons tous à peu près de quoi il s’agit. C’est la procédure par laquelle une entreprise confie tout ou partie de son système d’information à gérer à une société externe.

Mais récemment, au-delà de l’externalisation traditionnelle, une autre façon de déléguer la gestion de son SI est en train petit à petit de s’imposer : l’externalisation des services dans le Cloud. Le problème, c’est que l’on entend parler du Cloud partout, et à “toutes les sauces”. Essayons de mieux comprendre quels sont les enjeux de cette nouvelle forme d’externalisation, à la fois pour l’entreprise mais également pour le directeur des systèmes d’information ou le responsable informatique.

 

Pourquoi le “Cloud” bouscule l’externalisation

Plus qu’une révolution technologique, le Cloud c’est avant tout un nouveau business modèle. On passe ainsi d’une informatique dans laquelle les sociétés devaient investir pour disposer de ressources, à une informatique qui peut être “consommée à la demande”.

Techniquement, les ressources physiques, qui sont virtualisées, peuvent être de cette façon mutualisées. Les performances et ressources ainsi obtenues font alors l’objet de prestations de services.

L’entreprise paie en fonction des services et des performances qui lui sont nécessaires, et elle peut faire évoluer son budget informatique en parallèle avec l’évolution de ses besoins.

Ce système est particulièrement séduisant pour les TPE et les PME, qui peuvent disposer de cette façon de services professionnels et spécialisés, sans avoir à réaliser de lourds investissements en matériels, logiciels ou compétences.

 

Une tendance quasi inévitable

Bien entendu, certains secteurs résistent encore à la vague du Cloud et des solutions en Saas.

Ceci s’explique lorsque le secteur concerné est particulièrement sensible, ou lorsque la transposition de l’application en mode Saas est difficile à réaliser (par exemple, si cela implique le traitement de fichiers particulièrement lourds).

Ceci dit, une grande partie des nouveaux développements logiciels et applicatifs sont désormais réalisés en mode Saas, et les entreprises sont de plus en plus nombreuses à considérer et même à adopter le Cloud, qui leur offre une plus grande flexibilité et une meilleure qualité de service.

En effet, même si le business modèle est très différent, l’utilisation d’une application en mode Cloud peut se révèler économique, et ce, à plusieurs points de vue.

Peut-on parler de réduction des coûts ?

Il est en effet possible de parler de réduction des coûts. Tout d’abord, les coûts de déploiement et de formation sont en général moins importants, et le fait de pouvoir changer facilement d’éditeur offre une souplesse qui est quant à elle difficilement chiffrable mais hautement appréciable.

De plus, les applications en mode Saas permettent de réduire certains autres coûts, comme ceux qui sont par exemple liés aux mises à jour.

En effet, si l’on prend en considération les coûts habituels induits par les mises à jour d’une solution applicative, (ce qui se produit inéluctablement un certain nombre de fois dans les mois ou années suivant l’acquisition) :

  • Coût de la mise à jour logicielle en tant que telle
  • Arrêt du service
  • Prestations de mise à niveau et ou reprise de données
  • Débogage éventuel
  • Formation à la nouvelle version

L’avantage économique penche alors en faveur du Saas, modèle dans lequel tout est inclus.

De plus, l’éditeur aura généralement pris soin en amont de la mise à jour, de dérouler tous les protocoles de tests nécessaires pour une migration indolore et garantissant l’intégrité des données (il en va de sa survie).

Enfin, la courbe d’apprentissage des solutions en mode Saas étant en principe particulièrement courte, une mise à jour ne nécessite que rarement une formation complémentaire des utilisateurs pour conserver la productivité acquise.

Qui n’a pas fait les frais d’un arrêt de service, d’indisponibilité ou de perte de maîtrise de son activité lors d’une mise à jour logicielle ?

 

Comment les DSI et responsables informatiques peuvent-ils s’approprier ces nouveaux modèles ?

Avec l’arrivée de services plus souples et plus accessibles, les directions métiers ont commencé à prendre davantage de décision, sans en référer à la DSI. De la même façon, dans des structures disposant d’un responsable informatique, il arrive que la souscription à un service ou à une application se fasse désormais de façon indépendante, sans en référer au service informatique.

Cette tendance, également connue sous le nom de Shadow IT, met en évidence le besoin de plus en plus pressant des utilisateurs de trouver des solutions plus adaptées, performantes, rapides à mettre en place, indépendamment des capacités techniques disponibles en interne au sein de l’entreprise.

Il existe ainsi pour les directions informatiques des risques de voir leur autorité et leur rôle amoindris, et de perdre la main sur la cohérence globale du système d’information de l’entreprise.

C’est pour cela que les DSI et responsables informatique se doivent dès à présent non seulement, de s’intéresser à la délégation des services dans le Cloud, mais également, d’en maîtriser les moindres aspects et de les mettre en parallèle avec les besoins métiers.

 

Ainsi, c’est bien en adoptant le Cloud que les DSI et responsables informatique pourront se poser en chef d’orchestre de la gestion et de la délivrance de ces nouveaux services.

Il n’est en effet pas question d’aller contre cette nouvelle tendance qui s’impose de par ses avantages indéniables et ses facilités de mise en application, et ce même si dans un premier temps, elle semble mettre à mal l’autorité et le rôle de la direction informatique au sein de l’entreprise.

Pour le DSI ou le responsable, il s’agira donc de se l’approprier, de s’en faire le spécialiste et d’en centraliser la gestion, afin d’en garantir la cohérence et le bon usage entre les différents pôles de l’entreprise.

Un rôle qui fait davantage place au management, à l’analyse et à la communication, pour des DSI et des responsables informatiques qui ne se contentent plus d’assurer le fonctionnement opérationnel des ressources informatiques gérées au sein de l’entreprise, mais qui s’imposent dans un poste transverse, fédérateur et stratégique.

Vous avez des interrogations concernant la gestion de vos applications dans le Cloud ? Spécialisés dans la fourniture de services d’ingénierie applicative et d’infogérance,  nous avons toutes les réponses et sommes prêts à vous accompagner dans toutes les évolutions de votre système d’information. N’hésitez donc pas à nous contacter pour en savoir plus !