Au fur et à mesure que les entreprises ont eu à gérer des multitudes de données, et que le capital informationnel est devenu de plus en plus vital pour leur compétitivité et leur survie, la sécurité des données s’est imposée comme une préoccupation majeure de la sécurité informatique pour les entreprises.

S’il est possible de mettre en place des mesures de protection et de prévention d’atteinte à l’intégrité des données, la perte irrécupérable d’informations constitue une véritable catastrophe que toute entreprise se doit d’éviter à tout prix.

Pour cela, le dernier rempart est la sauvegarde informatique. Et pourtant, malgré les sauvegardes, il est possible de perdre des données. C’est ce que révélait une étude Kroll Ontrack en 2013, avec pour raisons des sauvegardes qui n’étaient pas à jour et qui ne fonctionnaient pas correctement.

Alors que cette année, la journée de la sauvegarde informatique aura lieu le 31 mars, avec pour objectif une sensibilisation des entreprises et des particuliers à la pratique de la sauvegarde, nous allons tâcher d’aborder dans cet article l’importance de la sauvegarde informatique avec l’utilisation de matériel redondants.

Car la redondance est bien l’un des principaux aspects permettant de réduire les risques de perte de données malgré les sauvegardes, nous allons voir et qu’il existe différents types de redondance possible.

 

Les différents types de redondances

Toutes les entreprises n’auront pas la même criticité concernant la conservation de leurs données et n’auront donc pas besoin du même niveau de sauvegarde ou de redondance de matériel.

Il est donc important en premier lieu d’estimer cette criticité en évaluant les éventuels préjudices liés à la perte ou à la compromission de celles-ci avant de réfléchir au système de sauvegarde correspondant adéquat :

  • redondance des disques durs : le disque dur étant une technologie peu fiable, il importe de le dédoubler. En utilisant la technologie Raid, il est possible de répartir les données sur un ensemble de disques durs organisés en grappe, et ainsi, d’y accéder même en cas de bris de l’un des disques.
  • redondance des serveurs : il s’agit de disposer de 2 serveurs, avec une réplication en temps réel des données entre les deux. Si l’un des serveurs tombe en panne, il est possible de s’appuyer sur l’autre. Mais il faut quand même ajouter à cette solution une autre stratégie de sauvegarde.
  • redondance multi-site : ce troisième type de redondance est le meilleur moyen de s’assurer de la sécurité de ses données. En effet, dans les deux précédents cas, il s’agit de redonder des technologies physiquement présentes en un même lieux. Mais que ce passerait-il en cas d’incident affectant l’ensemble des équipements du lieu ? Pour prévenir ce genre de problèmes, il est nécessaire de penser à la sauvegarde multi-site, qui peut par ailleurs être utilisée avec les autres types de sauvegardes dont nous avons parlé.

 

Les bonnes pratiques de sauvegardes

  • utiliser la redondance pour éviter les restaurations
    La toute première bonne pratiques est de mixer, comme nous l’avons dit précédemment, les différents types de redondance de matériel pour éviter en cas d’incident d’avoir à recourir à une restauration de données à partir d’une sauvegarde qui ne serait pas à jour. En effet, dans ce cas de figure, et en fonction de la fréquence à laquelle les sauvegardes seraient réalisées, il pourrait y avoir des pertes de données entre le moment de la sauvegarde et le moment de la restauration.
  • serveurs redondants : un serveur principal et un serveur secondaire
    Une deuxième bonne pratique, dans le cadre de la mise en place de serveur redondés, est de ne pas essayer de disposer de deux serveurs fonctionnant indépendamment l’un de l’autre. En effet, dans ce cas de figure, il est possible qu’il y ait des problèmes de cohérence. La bonne pratique consiste donc à disposer d’un serveur principal de sauvegarde, et d’un serveur secondaire qui ne serait utilisé qu’en cas de panne du serveur principal
  • effectuer régulièrement des tests de ses sauvegardes
    Enfin, la dernière bonne pratique est de ne pas attendre de subir un incident pour tester le bon fonctionnement de ses sauvegardes. Ceci est absolument indispensable pour s’assurer de la possibilité de récupérer l’ensemble de ses données et ce, quelque soit le problème rencontré.

 

Ainsi, nous venons de voir dans quelle mesure la redondance de matériel est indispensable dans le cadre de la mise en place d’une politique de sauvegarde informatique professionnelle.

La redondance permet de s’assurer de disposer en permanence de la dernière version des données, et dans le cadre d’une redondance multi-site, elle permet de s’assurer de l’intégrité des données mêmes en cas de problème tel qu’une défaillance de l’ensemble des équipements, une faille de sécurité concernant le site lui-même, ou encore, des catastrophes naturelles, incendie ou inondation par exemple.