En presque 10 ans, la digitalisation des entreprises s’est accélérée, et avec elle, la nécessité de protéger son système d’information et de garantir l’intégrité de ses données. Parce que les attaques informatiques représentent des enjeux colossaux, tant sur le plan monétaire, que de l’espionnage concurrentiel, toutes les entreprises, de toutes tailles et de tout domaine d’activité, sont désormais les cibles quotidiennes des menaces informatiques. Dans cet article, nous souhaitons vous éclairer sur les typologies de risques et de menaces informatiques auxquelles font face les TPE et les PME.

En réalité, depuis de nombreuses années, la perception de la sécurité informatique par les chef d’entreprises de TPE et de PME est erronée.
En effet, cette perception est conduite par un certain nombre d’idées reçues, repose notamment sur le fait que les petites et moyennes entreprises se sentent moins en danger, du fait de leur taille et de leur faible notoriété. Cependant, à l’heure de la digitalisation globale des entreprises, il n’y a rien de moins faux.

Pour les TPE et les PME, le problème est double :

  • ne disposant pas de personnel spécialisé dans ce coeur de métier, elles sont mal informées et mal préparées.
  • quand l’entreprise se rend compte du danger potentiel sur l’exercice de son activité, le mal est fait, et il est souvent trop tard.

Risques informatiques pour les TPE et PME : une idée qui a la vie dure

Une idée reçue particulièrement pernicieuse influence sur la politique de sécurité informatique des TPE et des PME et les met en danger : parce que mon entreprise dispose d’une faible notoriété, parce que les enjeux financiers sont moins importants, elle a moins de risques d’être piratée qu’une grosse entreprise :
Oui et non. Et surtout, non. Nous allons vous expliquer pourquoi.

Les 4 raisons qui expliquent pourquoi les TPE et les PME sont davantage susceptibles d’être piratées :

Les motivations des hackeurs ont changés

Aux premier âges de l’informatique, les grandes entreprises étaient davantage en danger car les piratages représentaient pour les pirates des moyens de se faire valoir ou de se faire connaître. Mais tandis que de vrai opportunités pécuniaires s’offrent aux hackeurs, ceux-ci préfèrent désormais rester discrets et ne recherchent plus le coup médiatique.

Les TPE et PME sont plus fragiles, dont plus faciles à attaquer

Les entreprises disposant d’une forte notoriété peuvent être davantage la cible de cyberactivisme ou de cyberespionnage, mais elles sont également mieux protégées que les petites entreprises. Ainsi, pour des gains faciles d’argent, les petites et moyennes entreprises seront préférées par les pirates. Les petites structures ne se défendent généralement pas, et son promptes à payer les rançons des pirates, des décisions prises par manque d’expérience ou par nécessité, si le piratage menace la viabilité de la structure par exemple.

Les gains potentiels sur les TPE et de PME sont plus importants

Pour un pirate, il est plus facile d’effectuer une multitude de petits piratages sur des petites structures qu’un gros piratage sur une structure importantes. Le nombre de structures visées permet d’augmenter les gains, mais aussi de diminuer les risques.

Les informations les plus médiatiques ne sont pas le reflet de la réalité

Cette idée reçue est renforcée par le fait que l’on parle généralement des piratage survenant dans les grandes entreprises ou les entreprises à forte notoriété, mais que l’on parle bien évidemment moins ceux des petites des moyennes entreprises. Mais ce n’est pas parce que l’on n’en parle pas que cela ne se produit pas, bien au contraire. D’autant que les entreprises qui en sont victimes cherchent généralement à le cacher, de peur de retombées sur leurs ventes, ou sur la confiance de leurs clients ou partenaires.

Compter sur les probabilités

Si votre entreprise est connectée à d’autres systèmes d’information, si elle effectue des échanges avec des clients ou des partenaires, si elle est connectée à Internet, alors, elle court le risque d’un piratage important, tout comme une voiture peut être volée sur un lieu de parking public. Si vous ne prenez aucune disposition pour protéger votre système d’information, que ce soit face aux pannes accidentelles ou malveillantes, c’est un peu comme de rouler sans assurance. Le risque existe, mais s’il ne se produit pas, c’est simplement une question de probabilité.

Vous avez une opinion différente, ou d’autres idées à nous soumettre ? N’hésitez pas à poster votre commentaire en dessous de cet article !