Garantir l’intégrité de ses données informatiques est bien l’une des priorités des entreprises. Avec des volumes de données de plus en plus importants, des données qui peuvent être situées sur des supports très différents, des données qui doivent être disponibles en permanence à tout moment et, encore mieux, de tout lieu, il est de plus en plus courant de faire appel à des solutions de sauvegarde de données managées, basées dans le Cloud.

Pour l’entreprise, il s’agit de mettre au point une stratégie de sauvegarde en adéquation avec ses besoins et avec la criticité de son information. De leur côté, les prestataires, qui se voient confier le patrimoine stratégique de l’entreprise, sont au cœur de la stratégie de pilotage du système d’information.

Pour les uns comme pour les autres, il est important de définir les contours de la prestation afin de s’assurer que chacun respecte ses droits et ses obligations et que la pérennité des données sera assurée. Dans cet article, nous allons donc nous pencher sur cette notion de sauvegarde managée et sur ce qu’elle recouvre.

 

Le recours a de plus en plus d’applications, la mobilité accrue des collaborateurs ou encore la tendance du Big data, tout ceci encourage les entreprises à mettre en place des stratégies de conservation des données solides. Et ceci est d’autant plus vrai qu’une perte de données, ou simplement de l’intégrité de ces données peut avoir de lourdes conséquences sur la vie de l’entreprise, voire, sur sa survie.

Si la mise en place de sauvegardes informatiques internes est bien entendue possible, elle est rendue bien souvent difficile ou peu fiable, par un manque de compétence ou de spécialisation au sein de l’entreprise.

La sauvegarde managée, c’est une sauvegarde confiée aux bons soins d’un prestataire, et inclue dans le cadre d’une stratégie globale de gestion des données. La sauvegarde managée fait partie d’une palette de services IT pouvant être confiés à un partenaire externe, les services managés permettant en effet aux entreprises de se recentrer sur leur cœur de métier, d’adopter une démarche de qualité de service, de disposer d’infrastructures et de services disponibles et fiables, de faire facilement évoluer leurs infrastructures, et enfin de mieux maîtriser leurs coûts. Il ne s’agit ainsi dans ce cas pas d’une simple sous-traitance, mais bien d’une externalisation de tout ou partie de son système d’information, dans le cadre de ce que l’on appelle l’infogérance.

 

La sauvegarde managée en 7 points

1. SLA

La première des notions couvertes par la sauvegarde managée, c’est la mise en place d’une gouvernance dans les relations entre l’entreprise et le prestataire partenaire. La sauvegarde managée est avant tout pensée et définie en fonction des besoins spécifiques de l’entreprise. Elle est ensuite traduite en termes de SLA (Service Level agreement), qui sont tout autant de niveaux de services définis dans le contrat et sur lesquels le prestataire informatique s’engage.

2. Monitoring et reporting

Outre une sauvegarde calibrée spécifiquement pour l’entreprise, le prestataire s’engage à la maintenir disponible, et à effectuer des monitorings et des reportings périodiques afin de contrôler la bonne conduite des opérations. Les états des lieux de la sauvegarde managée peuvent être envoyés, de façon mensuelle, hebdomadaire ou quotidienne.

3. Gestion des licences

Parce que c’est le prestataire technique qui en détient la gestion, pour le client, cela signifie qu’il n’est plus nécessaire de gérer les licences logicielles, les espaces de stockage ou encore le service d’exploitation liée à cette sauvegarde. Des éléments qui peuvent être compliqués à gérer selon les structures et qui permettent aux entreprises de s’affranchir de contraintes techniques qui pourraient ne pas être à leur portée.

4. Réversibilité

Autre point sur lequel le prestataire doit absolument s’engager, c’est la réversibilité. Cela signifie la possibilité pour le client de récupérer ces données, s’il souhaite par exemple changer de prestataire. Le partenaire informatique doit s’engager à restituer les données dans des délais raisonnables, et dans toute leur intégrité. De la même façon que pour les SLA, il s’agira de faire figurer noir sur blanc cette clause de réversibilité sur le contrat, sans qu’il soit possible bien entendu par le prestataire de s’en dédire.

5. Redondance

Enfin, parce qu’une sauvegarde ne peut être déclarée comme infaillible, il est important pour l’entreprise et son prestataire de prévoir qu’elle puisse être corrompue ou que les données ne puissent être récupérées. Dans ce cas, il sera important de disposer d’une redondance de la sauvegarde, saine et stockée sur un serveur distinct de la première.

6. PRA

De plus, il sera nécessaire de prévoir la mise en place d’un plan de reprise d’activité (PRA) afin d’assurer la continuité de service en cas de panne. Les données sauvegardées doivent pouvoir être réintégrées dans l’environnement de travail, et ce, avec les délais d’interruption de service les plus réduits possible. Dans le cadre d’une offre de PRA sous forme de service, le client pourra demander à son prestataire la restauration de l’ensemble des données, et la mise en place de machines virtuelles permettant de recréer plus rapidement le système d’information défaillant.

7. Responsabilités

Enfin, il sera également important de préciser les responsabilités du prestataire en cas de défaillance de la restauration de la sauvegarde et des éventuelles pénalités qui pourraient être appliquées.

 

Ainsi, la sauvegarde managée permet de faire face aux problèmes de pertes de données, de les protéger, et de rationaliser leur gestion. Les données deviennent plus disponibles, et comme pour toute prestation de services Cloud, la délégation sous forme d’abonnement à la consommation permet également de mieux maîtriser son budget. Tout ceci participe à une meilleure satisfaction de l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise, qu’il s’agit de la direction, des managers, des collaborateurs ou même des partenaires et des clients.

Tandis que les dépenses d’investissement et le coût total de possession sont diminués, les routines de sauvegarde et de restauration sont rationalisées et plus fiables en cas d’incident. Confier ses sauvegardes à un partenaire dans le cadre d’une sauvegarde managée, c’est ainsi accéder à une gestion rentable et simplifiée de protection des données, pour une meilleure efficience et une meilleure tranquillité de l’ensemble de l’entreprise.